Reconnu d'utilité publique, vos dons vous donnent droit à un reçu fiscal !
Suivez les actualités sur cette page dédiée et régulièrement mise à jour

Grégory Cuilleron : « Je suis un multi-entrepreneur »

Né sans avant-bras gauche, le Lyonnais Grégory Cuilleron (Un dîner presque parfait / PEKIN-EXPRESS sur M6) ne s’est jamais senti handicapé.Il mène sa vie professionnelle comme il l’entend, et entreprend en série, sans frein ni complexe. Il...
19/11/2018
Grégory Cuilleron est un conquérant au travail. Éloquent et généreux devant un public ou les téléspectateurs ; passionné et jamais en reste d’idées derrière les fourneaux de son restaurant lyonnais. Conférencier, consultant, animateur télé et cuisinier engagé, le jeune homme de 38 ans se définit lui-même comme un « multi-entrepreneur ». « J’ai toujours eu cette fibre ; cette volonté d’être seul maître de mon destin », raconte-t-il, « J’ai d’abord eu ma petite agence de communication. Mais ça n’a pas été une grande réussite… C’était en plein dans la crise économique de 2008, et je n’avais probablement pas les épaules assez large à l’époque.J’étais trop jeune ».
Une année plus tard, sa victoire au concours national « Un dîner presque parfait : le combat des régions » sur M6, puis sa participation à Top chef en 2010, lui donnent des ailes et des idées nouvelles. Ce « gourmand, sensible au bien-manger depuis tout petit » ouvre le restaurant Cinq mains, avec son frère et un ami, au cœur du quartier historique du Vieux Lyon.« Cet établissement m’a permis de relier mes passions pour la cuisine et l’entrepreneuriat ».
 
"Les personnes handicapées ont le profil idéal pour entreprendre"
 
Sa vie, aujourd’hui, se décline autour de trois axes : la cuisine et la création de recettes, la télévision et la sensibilisation à l’emploi des personnes en situation de handicap. L’assurance pour ce chef d’entreprise hyperactif de ne jamais s’ennuyer. « La vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain… L’entrepreneuriat amène des remises en question permanentes, qui peuvent être fatigantes parfois, mais qui sont aussi très intéressantes. On n’a pas le temps de se reposer sur ses lauriers ». Un nouveau livre de recettes, de nouveaux projets télévisuels, un bouquin sur le handicap dans lequel il partage son expérience, sont d’ailleurs dans les cartons. « J’ai toujours plein d’envies ! J’aimerais aussi me lancer dans la petite industrie autour de la cuisine : fabriquer de la moutarde, des pâtes… Des projets pour lesquels je pourrais avoir besoin à terme de lever des fonds et de faire appel à une plateforme de financement participatif comme celle des Handipreneurs ». Malgré son handicap, Grégory Cuilleron n’a pourtant jamais connu de difficultés avec les banquiers ou les organismes de prêts : « Passer à la télévision m’a beaucoup servi : j’aurais pu vraiment galérer si je n’avais pas eu ce coup de projecteur qui leur a montré par avance de quoi j’étais capable ».
Dans ses interventions auprès des personnes handicapées en quête de travail, le cuisinier met donc l’accent sur l’audace. « Si on ne colle pas exactement au profil de l’emploi, pourquoi ne pas faire coller son emploi à son profil ? Les personnes handicapées passent leur temps à s’adapter à une société qui n’est pas faite pour elles. Cette grande flexibilité est idéale pour entreprendre ».
 
 Reportage : M.Guendouzi