L'association est reconnue d'utilité publique, vos dons vous donnent droit à un reçu fiscal !
"Un parcours du combattant" dû à "UN MAQUIS INSTITUTIONNEL !" Un certain désarroi émerge quant au fait de trouver des candidatures de personnes handicapées, désarroi qui ne semble pas vraiment être soulagé par les institutions. À qui s’adresser pour trouver des candidatures ? Comment se faire aider dans les phases du recrutement et de l’intégration ? Concernant les institutions à l’œuvre autour de la question du handicap, les interviewés n’ont pu nous dire que peu de choses et ont même eu du mal à citer des noms d’institutions. Cette absence atteste d’une méconnaissance des recours officiels qui pourraient les aider. Ce flou, qu’un répondant a qualifié de “maquis institutionnel”, montre bien que les rouages ne sont pas toujours bien huilés et que l'embauche d'une personne handicapée est compliquée dans ce dédale administratif !

Voici quelques verbatim de managers qui se sont frottés au système...

“Il y a une volonté, peut être, pour les pouvoirs publics de mieux structurer ce maquis que moi j’ai découvert. C’est un vrai maquis, c’est-à-dire que pour savoir qui contacter, comment, qui fait quoi, il y’a des sigles dans tous les sens auxquels vous ne comprenez d’ailleurs rien...C’est vrai qu’il faut baigner là dedans de nombreuses années pour prétendre maîtriser l’ensemble des dispositifs et des interlocuteurs. (RRH, secteur Banque Assurance)

C’est très compliqué de recruter des personnes handicapées. On n’a pas accès à un vivier de personnes handicapées. Vous me dites où on les trouve parce qu’à force de vouloir faire quelque chose à part, mettre en place des structures à part, ils se sont isolés” “On a de 60 à 100 postes à pourvoir en ce moment. Mais on a peu de personnes avec un handicap qui répondent. Où voulez-vous qu’on s’adresse ? L’APEC a un vivier très important. Pourquoi n’y a- t-il pas de gens avec un handicap ? Pourquoi ne pas les mêler au système normal ?. Le handicap, ce n’est franchement pas un frein au recrutement. Mais déjà faut les trouver. Notre principal handicap, c’est de trouver les personnes avec reconnaissance COTOREP qui cherchent un emploi.” (RRH, secteur services aux particuliers)

La loi prévoit que les quotas puissent être atteints de différentes manières :

  • L’employeur peut décider d’embaucher directement des personnes handicapées, il peut également accueillir des stagiaires handicapés,
  • il a encore la possibilité de conclure des contrats de fourniture, de sous-traitance ou de prestations de services avec les Handipreneurs ou des établissements de travail protégé,
  • Ou bien de passer un accord de branche, de groupe d’entreprise ou d’établissement prévoyant la mise en oeuvre d’un programme en faveur des salariés handicapés - ou encore de verser une contribution financière à l’AGEFIPH”.

Ces modulations autour de la loi sont tout de même connues et prises en compte par les entreprises et les recruteurs interrogés.

“On peut atteindre les 6% par des embauches mais on peut aussi atteindre jusqu’à la moitié en équivalent emploi. Nous faisons appel à des ateliers protégés. Ces personnes peuvent être intégrées dans les quotas à hauteur de 3%.” (RRH, secteur Banque Assurance).

Pour le différentiel entre ce taux d’emploi et les 6%, la loi vous donne le choix soit de verser cette somme à l’AGEFIPH, soit de la garder et d’en faire un budget “mission handicap”. Nous avons choisi de le garder pour financer la mission handicap.” (RRH, secteur Banque Assurance).

(Vebatims choisis dans l'étude de l'APEC (le handicap en entreprise, recrutement et management))

Préjugés et difficultés...

Difficulté d’accès à l’emploi

C’est aussi évidemment des difficultés à s’intégrer au monde professionnel, où ces difficultés sont exacerbées. L’accès à l’emploi des handicapés est parfois décrit, par les recruteurs eux- mêmes, comme un “parcours du combattant”. L’expression est revenue à de nombreuses reprises. Ce sont des personnes considérées comme défavorisées face à l’emploi et par conséquent minoritaires à en trouver un.

C’est également compliqué pour l’employeur

Pour l’entreprise, se posent des problèmes matériels et d’aménagement des missions qui peuvent, parfois, s’avérer compliqués à résoudre. Mais, surtout, les employeurs perçoivent que les personnes handicapées sont plus fragiles, plus fatigables que les autres salariés. De ce fait elles sont perçues comme moins productives et plus difficiles à manager dans le cadre d’une équipe.

“Quand on me dit handicap, je pense problème. C’est compliqué.” (Manager, secteur Industrie)

“Il y a des représentations extrêmement négatives du handicap. Tout le monde se dit que c’est compliqué. On n’a pas envie.” (RRH, secteur Agroalimentaire)

LES HANDIPRENEURS vous SIMPLIFIENT la tâche :

LES HANDIPRENEURS vous proposent de vous simplifier "le parcours du combattant administratif" en étant un guichet unique avec un interlocuteur unique entre vous et l'administration pour toutes vos demandes d'information ou de mises en oeuvre de dossier, de politiques concernant le handicap, concernant l'embauche de personnes handicapées, le maintien dans l'emploi, la reconnaissance de handicap, les missions handicap...

Participez à un monde plus inclusif, engagez-vous auprès des HANDIPRENEURS, quelque soit la taille de votre entreprise, dans une démarche d'intégration de personnes handicapées. (93% des entreprises ayant embauché au moins une personne handicapée se déclarent pleinement satisfaites de leur choix / source E&H LAB).

Renseigements & Conseils / Contact : formulaire ci-dessous.

Une question, un conseil... Contactez-nous :