Reconnu d'utilité publique, vos dons vous donnent droit à un reçu fiscal !
Pour 2 français sur 3, l'état et les entreprises n'en font pas assez pour insérer les personnes handicapées dans le monde du travail. Les préjugés sont encore tenaces et les clichés bien marqués par méconnaissance des handicaps. Contrairement aux idées reçues, savez-vous que 80% des handicaps sont invisibles ! La première idée qui vient sur le handicap, les personnes en fauteuil, ne représente que 3% et la seconde, les déficiences mentales, ne représente que 16%. Mais pour les entreprises, les mentalités évoluent petit à petit : 65% des PME seraient prêtes à embaucher des personnes handicapées si les dossiers d'embauche spécifique étaient plus simples et moins lourds à constituer et 33% des TPE auraient l'intention de le faire dans les 12 prochains mois. J'en ai fait mon cheval de bataille ! Pour lutter contre tous ces freins, LES HANDIPRENEURS proposent aux entreprises, aux collectivités et aux administrations une journée de sensibilisation.

LES PREJUGES ONT ENCORE LA DENT DURE !

Dans notre société qui survalorise l’esthétique et les individus invulnérables, le handicap est jugé négativement. La plupart du temps, il est associé à « sous-performance », « baisse de rentabilité » ou « source de complication » pour l’entreprise. Encore aujourd'hui, les handicapés peinent à être considérés par les entreprises comme des individus compétents, synonymes de valeur ajoutée. Les entreprises sont de plus en plus sensibilisées à l'insertion professionnelles des personnes handicapées, mais leur taux de chômage reste le double de celui des valides. La méconnaissance que nous avons du handicap nourrit la plupart des craintes, des préjugés et des blocages, qui conduisent à l’exclusion d’une grande partie des personnes handicapées. Voici ci-dessous les préjugés les plus courants. Pour évoluer les mentalités, l'AGEFIPH (AGEFIPH) a édité un guide plutôt bien fait et efficace (lien en bas de page).

« Mon entreprise n’est pas accessible »  
- handicap n’est pas synonyme de fauteuil roulant, seul 3 % des personnes handicapées sont dans cette situation.

« Nos postes de travail ne sont pas adaptés » 
- si le handicap d’un salarié nécessite un aménagement, l’AGEFIPH appuie l’entreprise à travers un financement qui compense le handicap.

« Notre activité est trop dure pour les personnes handicapées »  
- Diabète, problèmes cardiaques, lombalgies, allergies, bégaiement sont autant de symptômes courants pouvant être reconnus comme des handicaps. Ils sont pourtant compatibles avec un grand nombre de métiers.

« Je crains la réaction des autres salariés »   
- 87 % des salariés disent que travailler avec un collègue handicapé est enrichissant (sondage réalisé par L’AGEFIPH et Louis Harris auprès de 400 entreprises – 100 employant des TH – 300 n’en employant pas)

« Un salarié handicapé ne peut pas être aussi compétent qu’un valide »   
- 93 % des employeurs ayant recruté un collaborateur handicapé sont satisfaits. Ils les jugent aussi compétents, motivés et plus stables dans l’emploi.

« Les personnes handicapées ne sont pas assez formées »   
- L’AGEFIPH accompagne de manière très significative les contrats d’apprentissage, de professionnalisation, les actions spécifiques pré-qualifiantes et qualifiantes ainsi que toute autre action de formation débouchant sur un emploi pérenne.

« C’est compliqué »     
- Qu’il s’agisse de recrutement, d’aménagement de poste, de sensibilisation de salariés au handicap, de suivi dans l’entreprise, d’actions de communication…l’AGEFIPH, grâce à un réseau d’experts habilités, soutien l’entreprise dans sa démarche.

« Le travailleur handicapé est il un salarié protégé ? »  
- Non, il n’est pas plus protégé qu’un autre salarié (cf code du travail)

 (source : SAMETH)

UN GUIDE POUR LUTTER CONTRE LES PREJUGES EN ENTREPRISES

Menée auprès de 400 managers de 4 grandes entreprises l’étude identifie les stéréotypes qui s’appliquent le plus souvent au handicap dans l’emploi. Elle mesure les facteurs et identifie les actions efficaces pour lutter contre ces idées toutes faites. Il ressort notamment que plus les managers perçoivent l’engagement de leur entreprise en faveur de la diversité, plus ils ont une image positive du handicap et des personnes handicapées. Cette appréciation est renforcée par l’importance des contacts professionnels avec des collègues handicapés.
Tirant les enseignements de cette étude, le guide propose des pistes d'action concrètes aux entreprises pour lutter contre les stéréotypes et contribuer à améliorer l'intégration des collaborateurs handicapés. (lien ci-joint)

Voir le guide

JOURNEES DE SENSIBILISATION DES ENTREPRISES

LES HANDIPRENEURS proposent des journées de sensibilisation ou des conférences de sensibilisation pour mieux connaitre les handicaps, mettre fin aux stéréotypes et montrer que celui-ci peut être un atout pour une entreprise et ses équipes. 

Le handicap n’est pas une fin en soi. On a le droit de mettre en avant qu’on peut encore avoir des rêves, qu’on peut les vivre, qu’on peut mener une vie personnelle et professionnelle pleine et épanouie, qu’on peut créer de la richesse, des valeurs, ensemble dans un même monde, celui de l’entreprise.

Collaborer avec la différence ouvre les esprits, ouvre le champ des possibles, apprend à croire au potentiel de l’autre, même un valide, un collaborateur qu’on sous-estime car on a des préjugés sur lui, car on ne le connait pas, on a juste l’image qu’il dégage et qui ne correspond pas à nos codes, à la norme. Et bien vous êtes au cœur de la question du handicap. Se confronter à la différence, en avoir peur par méconnaissance est un comportement humain. Mais il faut dépasser ses peurs, se détourner des apparences pour faire émerger l’essentiel.

"Aujourd’hui, quand je coache des manageurs et leurs collaborateurs, que je les forme à la cohésion d’équipe, à la performance collective et individuelle ou au bien-être au travail, je ne fais que leur transmettre des clés pour puiser dans de nouvelles ressources positives qu’ils ignoraient avoir en eux et envisager leurs challenges autrement." déclare Jean-Philippe MURAT, fondateur des HANDIPRENEURS et PDG du cabinet spécialisé HANDICOACH.

Et pourtant, de nombreuses initiatives montrent combien l’insertion de personnes handicapées, dès lors qu’elles sont suffisamment préparées et accompagnées, donne des résultats « bénéfiques pour tous. On considère le handicap comme un frein, en fait, il est souvent une grande richesse. Il crée de nouvelles oportunités pour la performance des entreprises. Il crée de la cohésion d'équipe, une nouvelle façon de voir les tâches ou les missions objectivées. Il entraine une nouvelle dynamique... » témoigne JP MURAT.

Vous souhaitez organiser une journée de sensibilisation dans votre entreprise : Renseigements : contact@leshandipreneurs.org ou 04 30 00 96 46